Opinion Cameroun

Opinion Cameroun
la révolution du transfert d'argent

Crise Anglophone : Fédéralisme et libération des jeunes arrêtés comme solution ? par Donat SUFFO

La réunion du comité interministériel ad-hoc chargé d'examiner les revendications des enseignants anglophones n'a pas pu déboucher à la levée du mot d'ordre de grêve des seigneurs de la craie.

Vingt-cinq jeunes sur les 59 environ mis aux arrêts lors des manifestations de décembre 2016 à Bamenda et à Kumba, croupissent toujours dans les geôles de Kodengui et du Sed à Yaoundé. Malgré l'élargissement de 34 de ces prévenus, les syndicats des enseignants anglophones conditionnent la levée du mot d'ordre de boycott des cours, à la libération des 25 autres jeunes encore en taule. Voilà le point qui a achoppé au deuxiême jour des travaux de la rencontre des membres du comité ad-hoc interministériel chargé d'examiner les récriminations des enseignants anglophones.

Cliquez ici pour commencer à discuter, acheter et vendre en toute sérénité !

La partie gouvernementale conduite par le ministre Paul Ghogomu Mingo, directeur du cabinet civil du premier ministre, constituée de trois ministres en charge de l'éducation (Pr Jacques Fame Ndongo du Minesup, Jean Ernest Massena Ngalle Bibehe du Minesec et Youssouf Hadjidja Alim du Minebase) ambitionnait obtenir vaille que vaille des leaders syndicaux, la levée ou du moins la suspension du mot d'ordre de grêve devant conduire à la reprise des cours. Peine perdue. Le débat s'est corsé face à l'intransigeance des leaders syndicaux. Pour ces derniers, la libération de ces jeunes est non négociable si le gouvernement veut sauver l'année scolaire et universitaire dans la partie anglophone du Cameroun.

Ils estiment que si le gouvernement avait joué son rôle, ces jeunes ne seraient pas descendus exprimer leur ras-le bol dans la rue. Surtout que parmi ces jeunes, il y a des élêves qui ont, aussi droit à l'éducation comme les autres dont on semble se soucier de la reprise des cours, remarquent les syndicalistes. Les émissaires du gouvernement ont quitté Bamenda (00h5mn samedi 14 janvier 2016) pour Yaoundé, sans obtenir des syndicalistes la levée ou la suspension du mot d'ordre de grêve. "Je sais que ce que vous voulez savoir s'il y aura reprise des cours camer.be?, jusqu'à nouvel avis la grêve continue" a laissé entendre à la presse, à la sortie de ce conclave, Tassang Wilfred porte *-voix des leaders syndicaux. Et d'ajouter "aussi longtemps que les enfants aux arrêts ne seront pas libérés et ce que les avocats auraient posé au cours de la rencontre de leur comité ad hoc ne seront pas résolus, y compris le problême de coexistence autrement appelé le fédéralisme, il sera impossible pour nous de suspendre la grêve ".

Et Dr Fontem de renchérir " la grêve des enseignants et des avocats continue. Nous n'aimerons pas que certains s'y ingêrent. Qu'ils laissent la commission finir le travail et on pourra résoudre ces problêmes un à un et la grêve naturellement sera suspendue. Que les gens ne se précipitent pas à créer des problêmes dans la communauté et qu'il y ait encore des conflits inutiles. Nous ne voulons pas que les gens continuent à vouloir obliger les enseignants ou les parents à envoyer leurs enfants à l'école. Pendant que nous sommes en train de travailler, les parents nous appellent et nous signalent que le destin de leurs enfants doit être décidé au cours de cette réunion. Nous demandons que la commission fasse son travail et l'application des résolutions soit expéditive" Toujours est-il qu'à propos des questions purement pédagogiques, les enseignants et les membres du gouvernement ont trouvé un consensus dont l'application pourra déboucher à l'amélioration non seulement du sous-systême de l'éducation anglophone mais aussi francophone.

Par exemple, les syndicalistes ont proposé au gouvernement, la création d'un autre Enset dans la partie francophone afin de mettre fin à l'invasion des Enset et Bamenda et Kumba (anglophone) par les étudiants francophones. Ceci permettra de rattraper le gap que connaît le sous-systême anglophone en termes de manque d'enseignants dans la filiêre technique. Pour Dr Neba Fontem "la grêve que les enseignants anglophones ont initié touche leur culture. On a demandé qu'il soit créé dans la partie francophone du pays un autre Enset pour réduire la pression qu'ont les deux Enset dans la partie anglophone. Parce que si on reste dans la logique actuelle, on continuera à avoir des problêmes d'admission des anglophones à Bamenda et Kumba alors que les francophones sont plus nombreux. Donc ils continueront à venir prendre les places des anglophones. Nos ministres ont reconnu les erreurs du passé. Nous ne voulons pas que ce soit des aveux, juste parce qu'on veut lever le mot d'ordre de grêve " Au préalable, les syndicalistes proposent le recrutement des enseignants universitaires anglophones nationaux dans les filiêres scientifiques et techniques. En cas d'insuffisance, ils suggêrent l'expertise ou le recrutement des étrangers qui formeront pour un temps des Camerounais.

Eventuellement, ceux-ci replaceront à l'avenir ces étrangers. Une mesure qui selon les syndicalistes permettra de constituer la base des enseignants nationaux dans ces filiêres. "Deux jours de débat intense et houleux, parfois hostile. C'était nécessaire de déclarer des hostilités et de revenir à des meilleurs sentiments aprês. Je peux vous assurer que les ministres membres du comité ad-hoc étaient plus responsables cette fois-ci. Leur ton n'était plus celui tenu il y a quelques semaines. Nous avons fait des gains significatifs pour notre sous-systême notamment le secondaire et universitaire anglo-saxon" a lâché Tassang Wilfred. Et Dr Neba Fontem d'ajouter " il n'y avait pas de sujet tabou, vous pouvez même imaginer tout ce qui pouvait faire l'objet de controverses.


Tous les sujets ont été débattus et nous avons fait nos propositions et donné un calendrier pour les solutionner au gouvernement. Les discussions étaient franches et les résolutions arrêtées peuvent changer de maniêre significatif notre vie". Déjà, jeudi 12 janvier, premier jour de la rencontre, nous fait dire Dr Neba Fontem, "on s'est entendu au départ qu'on devait avoir un dialogue franc. L'histoire de notre pays a été évoquée, les souffrances des anglophones et le mépris dont-ils sont victimes. Nous avons fait comprendre à nos interlocuteurs que nous n'étions pas là pour nous amuser ou pour faire les troubles, mais pour nous assurer que la mission que le chef de l'Etat leur a confiée soit remplie". Et de poursuivre "Camer.be nous leur avons fait comprendre que la grêve des enseignants est étroitement liée à la grêve des avocats et que tous ces problêmes doivent être résolus dans un bloc, un ensemble, pour s'assurer que les anglophones ne soient plus traités comme cela a été le cas depuis des lustres dans ce pays " Aussi soulêvent-ils entre autre le mauvais financement des universités anglophones, le problême lié à l'application de la loi qui a créé l'université de Buea. Ce texte, laisse entendre Dr Neba Fontem " voudrait que la sélection des chefs de département et du Vice Chancellor soient faites par la communauté universitaire à différent niveau et le sénat de l'université fait la shortlist et il envoie les noms au conseil d'administration qui fait des propositions pour la nomination éventuelle par le chef de l'Etat ".

A l'en croire cette méthode permet aux dirigeants de rendre compte à leurs collêgues et de créer une collégialité dans la gestion de l'université. Ce qui n'est pas le cas présentement. Une situation qui crée d'énormes problêmes. Les leaders syndicaux ont également demandé la mise en place du conseil national de l'éducation. Ce conseil est un garde-fou qui va empêcher que le sous-systême anglophone ne soit englouti dans l'avenir par le sous-systême francophone, ce d'autant plus que de nos jours " la conception se passe dans le sous-systême francophone et est transmise dans le sous- systême anglophone.

Nous pensons que ça ne doit plus être le cas " réitêre Dr Neba Fontem Sur la question du redéploiement des enseignants formés dans le sous-systême francophone mais qui dispensent les cours dans le sous-systême francophone et vice-versa, les leaders syndicaux ont reconnu le travail déjà amorcé dans ce sens par le Minsec. Ils suggêrent que cela se passe également au niveau du supérieur.

Le Messager : Donat SUFFO
Partagez sur Google Plus

About BIGDeals

This is a short description in the author block about the author. You edit it by entering text in the "Biographical Info" field in the user admin panel.
    Blogger Comment
    Facebook Comment

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Laissez nous un commentaire sur cet opinion.