Opinion Cameroun

Opinion Cameroun
la révolution du transfert d'argent

Tout sur les principaux projets économiques du gouvernement en 2017 par Sylvain Andzongo

IMPOTS: Elargissement de l’assiette fiscale
Concernant les finances publiques, un train de mesures visant à consolider les options de politique fiscale en cours sera pris, avec notamment l’élargissement de l’assiette fiscale, la sécurisation des recettes et l’amélioration du climat des affaires. Ces mesures visent, entre autres, l’institution d’une taxe de séjour à collecter par les hôtels auprès de leurs clients, destinée à alimenter le fonds de développement du tourisme, le rétablissement des taux initiaux de la taxe spéciale sur les produits pétroliers, la sécurisation du paiement de la taxe foncière, la prorogation du régime fiscal incitatif pour les sociétés qui émettent des titres de créances sur le marché obligataire, la simplification des modalités de calcul de la patente et la dématérialisation de son support, l’exonération de la Taxe sur la valeur ajoutée (TVA) des marchandises et équipements agricoles, ainsi que l’exonération des droits d’enregistrement relatifs aux mutations des terrains agricoles. En outre, le gouvernement entend procéder à l’exonération de la TVA des produits des établissements publics de promotion des matériaux locaux et l’exonération des droits d’accises spécifiques sur les boissons produites et conditionnées exclusivement à partir de la matière première locale.

INDUSTRIE: Un plan national d’industrialisation en marche
Au plan économique, l’économie entend opérer une véritable mutation vers plus de transformation, à travers la mise en place d’un Plan national d’industrialisation. Pour ce faire, la promotion des filières de croissance et à forte valeur ajoutée sera poursuivie, afin que l’économie puisse mieux faire face à la concurrence internationale. Le gouvernement continuera à soutenir les grandes entreprises et les PME locales en vue de leur mise à niveau. Elles devraient être suffisamment compétitives pour tirer avantage de l’Accord de partenariat économique signé avec l’Union européenne et dont l’entrée en vigueur est effective depuis le 04 août 2016.

ENERGIE: Quatre barrages annoncés
Dans le domaine de l’énergie, le gouvernement entend trouver des solutions rapides pour résorber le déficit énergétique, à travers notamment l’accélération des travaux de construction des grands ouvrages énergétiques en cours. Le gouvernement travaillera également à développer de nouvelles capacités et à diversifier les sources de production, avec de nouveaux barrages de Nachtigal, Song-Dong (d’une capacité de 270 MW), Bini à Warak (75 MW) et Menchum d’une capacité de production de 72 MW. La construction des lignes de transport de l’énergie sera une priorité.

Développement urbain: 1675 logements sociaux à construire
En matière de développement urbain, la réalisation de certains projets majeurs est prévue. Il s’agit notamment de la construction de 1,675 logements sociaux par les Petites et moyennes entreprises (PME) locales, la construction de 100 logements et équipements sociaux associés à Bafoussam, Bamenda, Bertoua, Buea, Ebolowa, Garoua, Maroua et Ngaoundéré, dans le cadre du Plan d’urgence. Il y aura également la construction des cités des cinquantenaires, avec 530 logements à Douala et 900 logements à Yaoundé, le démarrage des travaux d’aménagement du lac municipal de Yaoundé et de rénovation de la vallée de la Mingoa, le démarrage des travaux de construction des ouvrages de drainage pluvial de Douala, pour un linéaire de 39 kilomètres, la poursuite des travaux de la deuxième phase du projet d’assainissement de Yaoundé, d’un linéaire de 14 kilomètres et les travaux de construction de l’autoroute Yaoundé – Nsimalen.

ROUTES: des routes à bitumer
Relativement aux infrastructures routières, l’accent sera mis sur l’accélération des travaux en cours de construction de plusieurs routes et ouvrages d’art. Notamment, la première section de l’autoroute Yaoundé-Douala et la programmation des phases suivantes : l’autoroute Kribi-Edéa, phase 1, le second pont sur le Wouri et ses éléments connexes, les entrées Est et Ouest de la ville de Douala, la route Foumban-Tibati-Fébadi-Ngaoundéré, les routes Mengong-Sangmelima, Sangmelima-Bi- koula, Bikoula-Djoum, la route Olama- Kribi, la route Mbama-Messamena et celle de Babadjou-Bamenda.

En outre, de nombreux autres chantiers vont également démarrer, y compris une demi-douzaine de tronçons de la tranche ferme du Plan d’urgence pour l’accélération de la croissance économique, à l’instar de la route Djoum-Mintom-Frontière Congo, phase2, Douala-Bonépoupa-Ya- bassi, la route Soa-Esse-Awaé, Sangmelima-Oveng, la route Akokan-Batouri, la route Foumban-Koupamatapit et celle de Ngaoundéré-Paro. Ces efforts permettront au total de bitumer au moins 250 kilomètres de nouvelles routes, 100 kilomètres de routes communales bitumées en enduit superficiel, 01 pont de grande portée et 40 ouvrages de moyenne portée et 677 kilomètres de routes bitumées dans le cadre du Plan d’urgence.

200 promoteurs de PME seront formés
Concernant les Petites et moyennes entreprises, l’économie sociale et l’artisanat, le gouvernement envisage de développer la culture entrepreneuriale chez les jeunes diplômés dans trois incubateurs publics et une pépinière d’entreprises. Il sera aussi question de former 200 promoteurs de PME, ainsi que 100 jeunes entrepreneurs dans l’élaboration des business plans, et même promouvoir la migration des artisans du secteur informel vers le secteur structuré, à travers leur enregistrement dans les bureaux des registres communaux.

Foncier: Sécuriser de 3 millions d’hectares de réserves foncières
Relativement aux domaines, au cadastre et aux affaires foncières, les pouvoirs publics envisagent l’informatisation générale des services et des procédures domaniales, cadastrales et foncières, notamment dans les villes de Yaoundé, Douala, Garoua et Maroua, en vue de la sécurisation de la propriété foncière. Le gouvernement veut, à cet effet, la sécurisation de 3 millions d’hectares de réserves foncières dédiées aux projets porteurs de croissance, finaliser la réforme foncière, recenser des propriétés administratives en ruine ou à réhabiliter sur l’étendue du territoire national, poursuivre le projet d’estampillage des édifices publics, réhabiliter des garages administratifs, sécuriser environ 500 hectares de terre à Dibombari et de 210 hec- tares à Nomayos au profit de la Mission d’aménagement et de gestion des zones industrielles (Magzi).

Transports: Camair-Co, port de Kribi, Chantier naval… tous sur orbite
En ce qui concerne le secteur des transports, plusieurs actions seront engagées. Dans le domaine aérien, il conviendra de poursuivre la mise en œuvre du plan de relance de la Camair-Co approuvé par le chef de l’Etat, la rénovation des aéroports secondaires, la finalisation du processus de certification des aéroports de Douala et de Yaoundé, ainsi que la mise en œuvre du programme de réhabilitation et modernisation des aéroports du Cameroun. Dans le sous-secteur maritime et portuaire, un accent particulier sera mis sur l’opérationnalisation du Port auto- nome de Kribi, dans sa complémentarité avec celui de Douala et le suivi de leurs cahiers de charges respectifs. Dans la même veine, une équipe projet sera mise en place en vue du lancement des études pour la construction du Complexe industrialo-portuaire de Limbe. La mise en œuvre du plan d’action du Chantier naval et industriel du Cameroun retiendra par ailleurs l’attention du gouvernement.

L’activité ferroviaire fera également l’objet d’un suivi tout particulier. Le gouvernement s’assurera de la mise en œuvre du programme de renouvellement et de modernisation du réseau ferroviaire national. De même, les acquis du projet d’interconnexion ferroviaire prévue avec le Tchad seront consolidés.

Tourisme: 950 000 touristes étrangers et 5 millions de touristes internes
En matière de tourisme et de loisirs, les perspectives portent sur la valorisation et l’aménagement de 15 sites touristiques, le développement des infrastructures hôtelières, à travers la construction de 05 hôtels et la réhabilitation et l’exploitation de 20 hôtels en partenariat public-privé, le développement des infrastructures de loisirs, à travers la construction de 04 parcs de loisirs, la promotion du tourisme interne avec des projections d’accueil d’environ 5 millions 700 000 touristes, la promotion du tourisme récepteur avec l’accueil de 950 000 touristes internationaux, et la promotion des activités de loisirs pour enfants, jeunes, adultes et personnes vulnérables, à travers l’organisation des colonies et camps de vacances et des classes de promenades.

Agriculture: Un recensement général de l’agriculture et de l’élevage en vue
L’action gouvernementale en matière d’agriculture va s’atteler à l’augmentation de la production, ainsi qu’à la promotion des chaînes de valeur agricoles. Des actions plus spécifiques porteront sur la réalisation du recensement général de l’agriculture et de l’élevage, la production et la diffusion des semences et du matériel végétal améliorés et à haut rendement , l’optimisation de la production nationale des denrées alimentaires de grande consommation, l’appui à l’installation et à l’insertion agropastoral des jeunes, et la valorisation et la transformation des produits agricoles, à travers l’acquisition et la mise en place des petites unités de transformation. Les principaux objectifs de production que le gouvernement entend réaliser en 2017 inclus, pour le cacao, atteindre 300 000 tonnes en 2017, contre 270 000 en 2016. Pour le café arabica, il est question de passer de 5 000 tonnes en 2016 à 6 000 tonnes en 2017. Pour le café robusta l’objectif est de porter la production à 60 000 tonnes en 2017, contre 50 000 en 2016. Concernant le coton, il est question de passer de 250 000 tonnes en 2016 à 275 000 tonnes. Pour le riz paddy, atteindre 225 000 tonnes, contre 190 000 l’année précédente. Quant au maïs, l’ambition est de porter la production de 2 millions de tonnes en 2016 à 2 millions 300 000 tonnes en 2017.

Emploi: Au moins 400 000 emplois décents en 2017
Pour l’année 2017, l’action du gouvernement en matière d’emplois et de formation professionnelle vise la création d’au moins 400 000 emplois décents, la promotion de l’auto-emploi à travers des appuis techniques et financiers aux promoteurs d’initiatives privées, l’insertion professionnelle des nationaux dans les grands projets, l’amélioration qualitative de l’offre de formation professionnelle, la mise en place des Centres de formation aux métiers, celle de deux Centres de formation professionnelle sectorielle, la construction d’un Centre de formation professionnelle aux métiers à Nkongsamba et la construction de plusieurs Centres de formation aux métiers de l’eau, du textile, du cuir et du ferroviaire.



Publié en association avec Le Quotidien de l’Economie
Auteur: Sylvain Andzongo
Partagez sur Google Plus

About BIGDeals

This is a short description in the author block about the author. You edit it by entering text in the "Biographical Info" field in the user admin panel.
    Blogger Comment
    Facebook Comment

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Laissez nous un commentaire sur cet opinion.