Opinion Cameroun

Opinion Cameroun
la révolution du transfert d'argent

Opinion de de Monseigneur Tonye Bakot sur la possibilité de se marier et être prêtre au même moment

On ne réinvente pas le sacerdoce, quel que soit le siècle ou l’âge. Il est là, il faut le vivre. Et si on ne peut pas le vivre, on se retire. Il y a des prêtres qui ont choisi de quitter le ministère sacerdotal pour devenir des laïques. Voilà un choix responsable. Si vous ne pouvez pas, renoncez, mais ne choisissez pas deux choses à la fois: et le sacerdoce et le mariage. Les deux ne vont pas ensemble. Jusqu’à présent, c’est comme cela. Cette discipline pourrait peut-être changer un jour, mais pour le moment c’est celle-là.

Je ne dis pas qu’en le disant, on ne rencontre pas des difficultés dans le choix du sacerdoce. Mais qui vous dit que le choix du mariage est plus simple que celui du sacerdoce ? Chaque vocation a des exigences, ses sacrifices. Le sacerdoce a sa croix, le mariage a la sienne. Alors quand vous voulez mélanger les deux croix. Déjà porter une, ce n’est pas évident. En porter deux, ça devient une gageure.

Pour ma part si j’avais un conseil à donner à mes cadets ou à mes confrères prêtres, je dirais simplement: «ou Dieu ou rien». Si nous ne sommes pas capables de choisir Dieu, retirons-nous et ne causons pas des scandales des faibles. Le prêtre c’est un homme détaché, engagé, entièrement donné, un homme rangé, qui a choisi d’être le leader, le guide, le conseiller, le modèle.

Pour les chrétiens, le prêtre c’est l’homme parfait, c’est le saint, c’est lui qu’on regarde, c’est lui qui marche devant, c’est lui qu’on suit. C’est lui qui tient son peuple et le conduit comme Moïse, marchant devant et montrant le chemin qui conduit à Dieu. Est-ce qu’on est déjà capable de porter la croix de prêtre pour aller porter celle du mariage ?Est-ce que ce n’est pas simplement une certaine folie de prétendre porter deux croix, alors qu’on n’est pas capable d’en porter une ? Je terminerais en disant que Saint Paul a dit: «ma grâce me suffit».

En conclusion, je voudrais affirmer ce que j’écrivais dans mon livre: «La beauté du sacerdoce», rien ne vaut plus que de donner soi-même à Dieu et à l’Église. Pour ma part, je souhaite que le prêtre devienne la joie des autres pour conduire à Dieu. Et ce sera la voie étroite qui conduit à la sainteté, la sainteté du peuple et la sainteté du prêtre.
Partagez sur Google Plus

About BIGDeals

This is a short description in the author block about the author. You edit it by entering text in the "Biographical Info" field in the user admin panel.
    Blogger Comment
    Facebook Comment

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Laissez nous un commentaire sur cet opinion.